Accueil du site > 12, 2007. Varia > Varia > La langue philosophique de John Wilkins (1614-1672) : langage universel ou (...)

Sandrine Sorlin

Université Paul Valéry - Montpellier 3


La langue philosophique de John Wilkins (1614-1672) : langage universel ou utopie linguistique ?

 


Résumé / Abstract


La langue philosophique de Wilkins est l’exemple le plus complet d’une langue destinée à faciliter la communication entre les hommes ainsi qu’à diffuser le savoir scientifique. Cependant, cette langue se fait l’écho d’a priori sur la conception du monde qui semblent en décalage avec les nouveaux apports épistémologiques du XVIIe siècle. Alors que la science présente un monde fluctuant et instable, le projet de Wilkins semble mu par le désir de le fixer par le truchement d’une langue claire et univoque. La catégorisation du monde auquel le concepteur s’adonne se fonde sur des modèles aristotéliciens dépassés et reflète en réalité moins la nature qu’elle ne se conforme à des moules linguistiques pré-conçus par le concepteur. En voulant rendre compte linguistiquement du monde dans un véritable désir panoptique, Wilkins se livre à une double réduction, celle du monde et celle du langage : sa langue philosophique est une utopie linguistique.

Wilkins’s philosophical language is the most complete of languages designed to facilitate human communication and spread scientific knowledge. However, this language reveals some preconceptions in the apprehension of the world that seem to be out of step with the latest epistemological development of the 17th century. While science presented a much more unstable world than was previously thought, Wilkins’s project seems to be driven by a desire to settle it through a language that would itself be fixed and unambiguous. The categorization of the world Wilkins devoted himself to is based on outdated Aristotelian patterns and does not mirror nature so much as it conforms to pre-conceived linguistic moulds. In his panoptic wish to grasp the world linguistically, Wilkins is responsible for a double reduction, that of the world and that of language : his philosophical language is a linguistic utopia.

L’auteur


Sandrine Sorlin est Maître de Conférences à l’Université Paul Valéry - Montpellier 3. Son doctorat , soutenu en novembre 2006, portait sur le sujet suivant : « Des utopies linguistiques aux langues fantastiques : Les cas de Orwell, Burgess, Hoban et Golding » (sous la direction de F. Regard, ENS LSH). Elle est l’auteur de plusieurs articles sur l’histoire des utopies linguistiques et leurs rapports avec la littérature.



Pour citer l'article :

Sandrine Sorlin, « La langue philosophique de John Wilkins (1614-1672) : langage universel ou utopie linguistique ? », Études Épistémè, 12, 2007. Varia, Varia, p. 117-130.

URL: http://revue.etudes-episteme.org/spip.php?article129


Mentions légales
La consultation et la reproduction de cette page est soumise à la législation française en vigueur. Le droit de la propriété intellectuelle s'applique. Cette page est la propriété exclusive de l'éditeur. Toute exploitiation commerciale est interdite. La reproduction à usage scientifique ou pédagogique est seule autorisée, à condition de mentionner précisément les références de l'article (auteur, titre de la publication, date, éditeur).

La revue Etudes Epistémè est éditée par l'association Etudes Epistémè, Institut du Monde Anglophone, 6 rue de l'Ecole de Médecine, 75 006 Paris
Directeur de publication: Gisèle Venet
Rédacteur en chef : Line Cottegnies
Rédacteur en chef associé : Christine Sukic



Études Épistémè,
12, 2007. Varia

Table

Varia

Compte rendu

| | Table générale | Suivre la vie du site