Accueil du site > 3, 2003. Pastorale et mélancolie > Pastorale et mélancolie (XVIe - XVIIIe siècles) > Et in Arcadia ego : modulations mélancoliques de la tradition pastorale (...)

Jean-Louis Haquette

Et in Arcadia ego : modulations mélancoliques de la tradition pastorale entre Lumières et Romantismes

 


Résumé / Abstract


The aim of this paper is to study the modulations of the links established between pastoral and melancholy in a series of late eighteenth-century literary texts. Starting from the three definitions of « mélancolie » given in the Encyclopédie, the paper first examines eighteenth centuries interpretations of the celebrated « Shepherds of Arcady » by Poussin. They converge in distorting the visual elements of the paintings, as if the encounter between pastoral and melancholy could only be oxymorous. Turning then to prose fiction, the same motive, a tomb in the pastoral locus amoenus, is found both in Marmontel’s Palemon and Pierre Blanchard’s Felix et Pauline ; yet the confrontation between the pastoral world and melancholy is given divergent meanings, the latter narrative putting the stress on « noire mélancolie », the former on « douce mélancolie ». This pastoral encounter with melancholy is anticipated in Gray’s Elegy, which is here shown to combine innovative synthesis elements from Warton’s Pleasures of melancholy and from the Pastoral Eclogues by the same. A further modulation is then examined, which transforms the tomb into the ruins of a cottage, and introduces a new character : the wandering poet. Two examples are considered : Bernardin de Saint-Pierre’s Paul et Virginie and Wordworth’s The Ruined Cottage. All the texts considered stress the nostalgia of a lost happiness which can only be partly recovered in narration. Recombining traditional elements of earlier pastoral poetry, but giving them new expression, they establish what could be termed a « pastoralization » of melancholy, which loses its violence to become, to borrow Panofsky’s words on Poussin’s painting, « a contemplative absorption in the idea of mortality ».

L’auteur


Né en 1965, ancien élève de l’Ecole normale supérieure, Jean-Louis Haquette est maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Reims. Ses travaux concernent principalement l’articulation entre Lumières et Romantismes, dans les littératures de langues française, anglaise et allemande. Il s’est intéressé dans sa thèse Les Paysages de la fiction (Oxford, Voltaire Foundation, à paraître) au statut esthétique du paysage (roman, jardin, peinture) en France et en Angleterre, et a publié différents articles dans ce domaine. Il travaille maintenant sur la tradition pastorale entre Lumières et Romantismes et prépare un essai sur la littérature comparée (Lectures européennes, Introduction à la pratique comparatiste, à paraître chez Bréal en février 2004).



Pour citer l'article :

Jean-Louis Haquette, « Et in Arcadia ego : modulations mélancoliques de la tradition pastorale entre Lumières et Romantismes », Études Épistémè, 3, 2003. Pastorale et mélancolie, Pastorale et mélancolie (XVIe - XVIIIe siècles), p. 156-174.

URL: http://revue.etudes-episteme.org/spip.php?article38


Mentions légales
La consultation et la reproduction de cette page est soumise à la législation française en vigueur. Le droit de la propriété intellectuelle s'applique. Cette page est la propriété exclusive de l'éditeur. Toute exploitiation commerciale est interdite. La reproduction à usage scientifique ou pédagogique est seule autorisée, à condition de mentionner précisément les références de l'article (auteur, titre de la publication, date, éditeur).

La revue Etudes Epistémè est éditée par l'association Etudes Epistémè, Institut du Monde Anglophone, 6 rue de l'Ecole de Médecine, 75 006 Paris
Directeur de publication: Gisèle Venet
Rédacteur en chef : Line Cottegnies
Rédacteur en chef associé : Christine Sukic



Études Épistémè,
3, 2003. Pastorale et mélancolie

Table

Pastorale et mélancolie (XVIe - XVIIIe siècles)

| | Table générale | Suivre la vie du site