Accueil du site > 6, 2004. Le voyage du texte > Les sonnets de Shakespeare > Ungaretti et Shakespeare, le temps dévorant

Isabel Violante

Ungaretti et Shakespeare, le temps dévorant

 


Résumé / Abstract


Lorsque le poète italien Giuseppe Ungaretti (1888-1970) traduit quarante sonnets de Shakespeare, pendant la deuxième guerre mondiale, c’est sa propre langue et sa propre poésie qu’il explore, autant que la poétique élizabethaine. La communication montre comment l’œuvre de poète d’Ungaretti se nourrit de la pratique de la traduction, à la fois ersatz et prolongement de la création poétique, et comment la difficile transposition du vers shakespearien est servie par la réflexion du poète sur la prosodie italienne, et par l’idiolecte hermétique du poète. Le poète traducteur propose une version des sonnets de Shakespeare qui en définitive correspond à ses propres exigences poétiques, régies par la permanence du pétrarquisme, attachées à exprimer un sentiment du temps fatal, une douleur individuelle et collective.

When the Italian poet Giuseppe Ungaretti (1888-1970) translated 40 sonnets by Shakespeare during the second World War, he was at the same time exploring his own as well as the Elizabethan poetic language. This essay shows how Ungaretti’s poetry is informed by his practice of translation, conceived as an alternative for and a continuation of his creative work, and how the difficult transposing of the Shakespearian verse is in fact served by the poet’s reflection on Italian prosody and by his hermetic idiolect. The poet-cum-translator offers a version of Shakespeare’s sonnets which eventually corresponds to his own conception of poetry, which is ruled by Petrarchan reminiscences and aims at expressing the passing of time and individual as well as collective suffering.

L’auteur


Isabel Violante, née en 1969, ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure, est maître de conférences d’italien à l’Université de Paris 1. Elle a publié une étude sur Ungaretti traducteur (Une Œuvre originale de poésie, PUPS, 1998) et diverses traductions de poésie italienne et portugaise, dont un choix de poèmes de Michel-Ange (Michel-Ange, Textuel, 1999).



Pour citer l'article :

Isabel Violante, « Ungaretti et Shakespeare, le temps dévorant », Études Épistémè, 6, 2004. Le voyage du texte, Les sonnets de Shakespeare, p. 25-40.

URL: http://revue.etudes-episteme.org/spip.php?article54


Mentions légales
La consultation et la reproduction de cette page est soumise à la législation française en vigueur. Le droit de la propriété intellectuelle s'applique. Cette page est la propriété exclusive de l'éditeur. Toute exploitiation commerciale est interdite. La reproduction à usage scientifique ou pédagogique est seule autorisée, à condition de mentionner précisément les références de l'article (auteur, titre de la publication, date, éditeur).

La revue Etudes Epistémè est éditée par l'association Etudes Epistémè, Institut du Monde Anglophone, 6 rue de l'Ecole de Médecine, 75 006 Paris
Directeur de publication: Gisèle Venet
Rédacteur en chef : Line Cottegnies
Rédacteur en chef associé : Christine Sukic



Études Épistémè,
6, 2004. Le voyage du texte

Table

Les sonnets de Shakespeare

La réception de l’Aminta du Tasse en France et en Angleterre

Varia

| | Table générale | Suivre la vie du site