Accueil du site > 7, 2005. Science(s) et littérature(s) I > Science(s) et littérature(s), I > The Man in the Moone and the New Astonomy : Godwin, Gilbert, (...)

Sarah Hutton

Middlesex University


The Man in the Moone and the New Astonomy : Godwin, Gilbert, Kepler

 


Résumé / Abstract


Cette étude porte sur les sources d’un texte qui peut être considéré comme le premier récit de « science fiction » de la langue anglaise. The Man in the Moone (1638) par Francis Godwin, qui raconte le voyage imaginaire dans la lune du héros Domingo Gonsales, a été écrit dans le contexte des nouvelles théories astronomiques, dont les plus connues sont celles de Copernic, de Tycho Brahé et de Galilée. Alors que certains de ses contemporains étaient troublés par le bouleversement qu’impliquaient ces théories (par exemple John Donne et William Drummond), Godwin s’en sert comme élément central dans son récit. Comme Kepler, dans son Somnium…de astronomia lunaris, Godwin utilise la fiction afin de confirmer certains aspects des théories scientifiques nouvelles – notamment la rotation diurne de la terre. Mais, comme je le montre ici, son voyage imaginaire se fonde aussi sur la philosophie magnétique de son contemporain anglais, William Gilbert, surtout la théorie lunaire proposée par Gilbert dans son De magnete et développée plus tard dans son De mundo nostro sublunaris.

My study discusses the sources of a text which has strong claims to being regarded as the first piece of science fiction in the English language. The Man in the Moone (1638) by Francis Godwin recounts an imaginary journey to the moon by its hero, Domingo Gonsales. It was written in the context of new astronomical theories, among which the most well known are those of Copernicus, Tycho Brahe and Galileo. Although some of his contemporaries (for example John Donne and William Drummond of Hawthornden) expressed disquiet about the unsettling implications of such theories, Godwin uses them as a central element in his story. Like Kepler, in his Somnium …de astronomia lunaris, Godwin utilises fiction in order to confirm aspects of new scientific theory — especially the diurnal rotation of the earth. But, as I show, his imaginary journey chiefly draws on the magnetic philosophy of this English contemporary, William Gilbert, especially the lunar theory proposed by Gilbert in his De magnete and further elaborated in his De mundo sublunaris.

L’auteur


Sarah Hutton est Professeur à la School of Arts, Middlesex University, Angleterre. Elle vient de publier Anne Conway. A Woman Philosopher (CUP, 2004). Elle a publié aussi sur les Platoniciens de Cambridge, les femmes savantes du dix-septiéme siècle, ainsi que sur d’autres thèmes de l’histoire intellectuelle. Parmi ses publications, figurent notamment Platonism and the English Imagination (coédité avec Anna Baldwin, CUP, 1994), Women, Science and Medicine 1550-1700 (coédité avec Lynette Hunter, Sutton, 1997).



Pour citer l'article :

Sarah Hutton, « The Man in the Moone and the New Astonomy : Godwin, Gilbert, Kepler », Études Épistémè, 7, 2005. Science(s) et littérature(s) I, Science(s) et littérature(s), I, p. 3-14.

URL: http://revue.etudes-episteme.org/spip.php?article66


Mentions légales
La consultation et la reproduction de cette page est soumise à la législation française en vigueur. Le droit de la propriété intellectuelle s'applique. Cette page est la propriété exclusive de l'éditeur. Toute exploitiation commerciale est interdite. La reproduction à usage scientifique ou pédagogique est seule autorisée, à condition de mentionner précisément les références de l'article (auteur, titre de la publication, date, éditeur).

La revue Etudes Epistémè est éditée par l'association Etudes Epistémè, Institut du Monde Anglophone, 6 rue de l'Ecole de Médecine, 75 006 Paris
Directeur de publication: Gisèle Venet
Rédacteur en chef : Line Cottegnies
Rédacteur en chef associé : Christine Sukic



Études Épistémè,
7, 2005. Science(s) et littérature(s) I

Table

Science(s) et littérature(s), I

Varia

| | Table générale | Suivre la vie du site