Gisèle Mathieu-Castellani

Université de Paris VII


Vision baroque, vision maniériste

 


Résumé / Abstract


Si voir autrement, c’est voir autre chose, il semble utile de distinguer deux modes de vision, l’un baroque, l’autre maniériste. On fait ici l’hypothèse que le recours à ces notions éclaire quelques aspects de la problématique littéraire dans la production des années 1570-1640 : la qualité du style et de la manière, d’abord, intimement liés à la vision du monde qui détermine les modalités de l’énonciation ; mais aussi la représentation du « paysage » dessiné par ces poètes qui appréhendent si différemment le monde extérieur ; la nature de l’Eros enfin, l’un hanté par les figures violentes de l’hybris, l’autre par les délicates figures de l’inversion.

As to look at an object in a different way means to see something else, it might be useful to differentiate between two modalities of the gaze in the early modern period, one that could be called « baroque », the other « mannerist ». This essay assumes that these notions can help shed light on some aspects of the literature of the 1570-1640 period : first, by defining the nature of a style or « manner », which is intimately linked with a worldview that itself determines modes of enunciation ; also, the representation of the « landscapes » by the poets who perceive and render the exterior world in very different ways ; finally, the nature of Eros, between one that is haunted by the violent figures of hubris and the other by the delicate figures of inversion.

L’auteur


Gisèle Mathieu-Castellani, professeur émérite de littérature française à l’Université Paris 7, a publié Les thèmes amoureux dans la littérature française (1570-1600) (Klincksieck, 1975), Eros baroque. Anthologie de la poésie amoureuse (1570-1620) (10/18, 1979, rééd. Nizet, 1986), Mythes de l’éros baroque (PUF, 1981), Emblèmes de la mort (Nizet, 1988), Montaigne. L’écriture de l’essai (PUF, 1988), La poésie amoureuse de l’âge baroque (Poche Classique, Hachette, 1990, rééd. 1997), Agrippa d’Aubigné. Le corps de Jézabel (PUF, 1991), La conversation conteuse. Les nouvelles de Marguerite de Navarre (PUF, 1992), Christofle de Beaujeu, Entouré de silence (Orphée, Ed. de la Différence, 1995), La scène judiciaire de l’autobiographie (PUF, 1996), La Quenouille et la Lyre (Corti, 1998), La Rhétorique des passions (PUF, 2000), Montaigne ou la vérité du mensonge (Droz, 2000), La Représentation de la Corse dans les textes antiques. Du miel et du fiel (Ed. Alain Piazzola, Ajaccio, 2004).



Pour citer l'article :

Gisèle Mathieu-Castellani, « Vision baroque, vision maniériste », Études Épistémè, 9, 2006. Baroque/s et maniérisme/s littéraires, Actes du colloque, p. 39-58.

URL: http://revue.etudes-episteme.org/spip.php?article73


Mentions légales
La consultation et la reproduction de cette page est soumise à la législation française en vigueur. Le droit de la propriété intellectuelle s'applique. Cette page est la propriété exclusive de l'éditeur. Toute exploitiation commerciale est interdite. La reproduction à usage scientifique ou pédagogique est seule autorisée, à condition de mentionner précisément les références de l'article (auteur, titre de la publication, date, éditeur).

La revue Etudes Epistémè est éditée par l'association Etudes Epistémè, Institut du Monde Anglophone, 6 rue de l'Ecole de Médecine, 75 006 Paris
Directeur de publication: Gisèle Venet
Rédacteur en chef : Line Cottegnies
Rédacteur en chef associé : Christine Sukic



Études Épistémè,
9, 2006. Baroque/s et maniérisme/s littéraires

Table

Actes du colloque

Varia

| | Table générale | Suivre la vie du site