Accueil du site > 9, 2006. Baroque/s et maniérisme/s littéraires > Actes du colloque > Circé après Jean Rousset : du corps maniériste à la théâtralité (...)

Didier Souiller

Université de Bourgogne


Circé après Jean Rousset : du corps maniériste à la théâtralité baroque

 


Résumé / Abstract


Jean Rousset a posé la question de la grande fortune de Circé dans la littérature baroque française. Après lui, on peut parler d’un « mythe littéraire de Circé » à l’échelle européenne, en suivant ses réincarnations et celles de ses avatars (Alcine, Le Roland furieux et Armide, Jérusalem libérée), non seulement dans la littérature épico-chevaleresque, mais dans les fêtes de cour et la fiction en prose, puis sur la scène de l’opéra, dans l’imaginaire des jardins et, enfin, dans la peinture. On pourra ainsi suivre l’évolution de l’esthétique européenne et, par le biais de scènes caractéristiques, dégager les grands traits de la représentation d’un corps maniériste, baroque et, finalement, rococo, et du statut de la passion dans ce même contexte.

The French scholar Jean Rousset, famous for his seminal work on French baroque literature, raised the question of how Circe, the tempting sorceress and the source of transformations for Ulysses’ companions, could have had such a fortune in baroque literature. Nearly half a century after his book La Littérature de l’âge baroque en France. Circé et le paon (Paris, Corti, 1954), it is possible to speak of Circe as a literary myth on a large European scale, through the new avatars or incarnations of the sorceress (Alcina in Ariosto’s Orlando Furioso and Armida in Tasso’s La Gerusalleme Liberata), in epic and chivalric literature as well as in court revels and prose fiction, but also on the operatic stage, in the symbolism of gardens and, lastly, in European painting. This short survey aims at giving an idea of the evolution of European aesthetics (mannerism, baroque and also rococo), by means of typical scenes, representations of the body and interpretations of the passion of love.

L’auteur


Didier Souiller, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure, professeur de littérature comparée à l’Université de Bourgogne (Dijon) est spécialiste de l’Europe « Baroque » et « Classique ». Ses principales publications portent sur : La littérature baroque en Europe (PUF, 1988) et, plus précisément, sur le théâtre baroque (El Burlador de Sevilla, Klincksieck, 1993 ; Calderon et le grand théâtre du monde, PUF, 1992) et sur la fiction en prose (Le roman picaresque, PUF, 1ère éd. : 1980 ; La nouvelle de Boccace à Sade, PUF, 2004).



Pour citer l'article :

Didier Souiller, « Circé après Jean Rousset : du corps maniériste à la théâtralité baroque », Études Épistémè, 9, 2006. Baroque/s et maniérisme/s littéraires, Actes du colloque, p. 75-98.

URL: http://revue.etudes-episteme.org/spip.php?article75


Mentions légales
La consultation et la reproduction de cette page est soumise à la législation française en vigueur. Le droit de la propriété intellectuelle s'applique. Cette page est la propriété exclusive de l'éditeur. Toute exploitiation commerciale est interdite. La reproduction à usage scientifique ou pédagogique est seule autorisée, à condition de mentionner précisément les références de l'article (auteur, titre de la publication, date, éditeur).

La revue Etudes Epistémè est éditée par l'association Etudes Epistémè, Institut du Monde Anglophone, 6 rue de l'Ecole de Médecine, 75 006 Paris
Directeur de publication: Gisèle Venet
Rédacteur en chef : Line Cottegnies
Rédacteur en chef associé : Christine Sukic



Études Épistémè,
9, 2006. Baroque/s et maniérisme/s littéraires

Table

Actes du colloque

Varia

| | Table générale | Suivre la vie du site