Accueil du site > 9, 2006. Baroque/s et maniérisme/s littéraires > Actes du colloque > L’art de la manière et la pratique de la pointe dans les Sonnets de (...)

Louis Picard

Paris VII -Denis Diderot


L’art de la manière et la pratique de la pointe dans les Sonnets de Shakespeare et le premier livre des Amours de Ronsard

 


Résumé / Abstract


Dans l’économie du sonnet, la pointe est un précipité. C’est un moment d’aboutissement d’ordre logique qui coïncide avec un mouvement de cristallisation d’ordre formel ; un moment d’art dans un moment d’art où l’exigence du respice finem, engage l’ensemble. La pointe fonctionne comme révélateur des ressorts de la manière poétique, qui s’y trouvent plus visibles à force d’être plus serrés. Mais elle appelle dans le même temps une poétique spécifique. La pointe intéresse donc le maniérisme des recueils de Ronsard et Shakespeare, où la conscience de venir après, dans un pétrarquisme second qui peut aussi bien être un contre-pétrarquisme, détermine une esthétique de la prouesse au terme de laquelle l’accent se déplace des res vers les verba. La pointe joue dans ces sonnets un rôle à la fois structurant et dynamique. Elle est l’opérateur de sens qui résout le sonnet, et elle appelle une poétique aux effets appuyés. La pointe soumet l’énonciation d’un sens à la complication de l’énoncé, jusqu’à les confondre. Elle est alors l’équivalent de la merveille qu’elle offre à la contemplation. Si la pointe achève le sonnet, c’est dans une richesse verbale qui ne s’échange pas contre une signification stable. Spectacle lourd de sens qui appelle le ravissement chez Ronsard ou proposition qui appelle et suspend l’assentiment chez Shakespeare, la pointe repose sur un gnomique brillant qui constituerait dans l’ordre poétique la forme relative et spectaculaire de la vérité. Sous le couvert du jocus serius, l’éclat hyperbolique de la pointe est aussi un reflet précaire.

In the system of the sonnet, the conceit is a crystallization. Within its small confines, it manages to conflate the logical outcome of the poem and a feat of formal brilliance. Art within art, it meets the demands of the respice finem principle by engaging the whole piece. This is where style is at its most visible, as the poetical manera is highly condensed. But the conceit also calls for a specific poetics. It is therefore an essential feature of Ronsard’s and Shakespeare’s collections of sonnets, for their mannerism, fuelled by the conscience of not coming first, of writing after Petrarch — perhaps even against Petrarch —, requires a poetics of prowess, shifting the weight from res to verba. In these poems, the conceit has a double function : structural and dynamic. It concludes the piece in a logical way and calls for an effects-oriented virtuosity. Its highly sophisticated intricacy is just as crucial as the meaning it carries, in such a way that they merge completely. With the conceit, the sonnet ends in a verbal cornucopia that will not be converted into any stable meaning. Be it, as with Ronsard’s Premier Livre des Amours, a highly meaningful spectacle calling for rapture or, as with Shakespeare’s Sonnets, a suggestion asking for the reader’s assent while suspending it, the conceit’s gnomic brilliance could be seen as the relative and astonishing shape truth assumes in the poetic order of things. Under the aegis of the jocus serius, its hyperbolic radiance is a frail reflection as well.

L’auteur


Ancien élève de l’E.N.S. Lettres et Sciences Humaines, agrégé de Lettres Modernes, Louis Picard est allocataire-Moniteur-Normalien à l’université Paris VII Denis Diderot. Thèse en cours sous la direction de Mme le Professeur Françoise Lavocat sur le régime maniériste de la signification dans les sonnets de Ronsard, Góngora, Shakespeare et Marino.



Pour citer l'article :

Louis Picard, « L’art de la manière et la pratique de la pointe dans les Sonnets de Shakespeare et le premier livre des Amours de Ronsard », Études Épistémè, 9, 2006. Baroque/s et maniérisme/s littéraires, Actes du colloque, p. 161-183.

URL: http://revue.etudes-episteme.org/spip.php?article79


Mentions légales
La consultation et la reproduction de cette page est soumise à la législation française en vigueur. Le droit de la propriété intellectuelle s'applique. Cette page est la propriété exclusive de l'éditeur. Toute exploitiation commerciale est interdite. La reproduction à usage scientifique ou pédagogique est seule autorisée, à condition de mentionner précisément les références de l'article (auteur, titre de la publication, date, éditeur).

La revue Etudes Epistémè est éditée par l'association Etudes Epistémè, Institut du Monde Anglophone, 6 rue de l'Ecole de Médecine, 75 006 Paris
Directeur de publication: Gisèle Venet
Rédacteur en chef : Line Cottegnies
Rédacteur en chef associé : Christine Sukic



Études Épistémè,
9, 2006. Baroque/s et maniérisme/s littéraires

Table

Actes du colloque

Varia

| | Table générale | Suivre la vie du site