Accueil du site > 6, 2004. Le voyage du texte

6, 2004. Le voyage du texte

Le voyage du texte : « de ce vivant état imaginaire »

Dans la préface à sa traduction des Bucoliques de Virgile, Paul Valéry montrait comment le traducteur était forcé de « mettre [ses] pas sur les vestiges de ceux de l’auteur ». Remontant à l’époque virtuelle de la formation de l’œuvre, étape musicale selon lui, où les instruments d’un orchestre « s’éveillent, s’appellent les uns les autres », le traducteur devait ensuite descendre « de ce vivant état imaginaire » afin d’atteindre ce qui constituerait la résolution de son travail, c’est-à-dire le texte traduit lui-même.

... (Lire la suite)
| | Table générale | Suivre la vie du site